Santé

Coronavirus : du renfort pour le secteur de la santé en 2021

Le projet de Loi de finances (PLF-2021) prévoit la création de 5.500 postes budgétaires dans le secteur de la santé au titre de l’année 2021 contre 4.000 postes en 2020.

« Pour renforcer les ressources humaines du secteur de la santé, 5.500 postes budgétaires ont été prévus dans le cadre du PLF-2021, contre 4.000 postes créés en 2020, portant le nombre total de nouveaux postes pour ce secteur à 19.000 postes sur la période 2017-2021 », a précisé Mohamed Benchaâboun. Force est de noter que les centres hospitaliers universitaires ont également connu la création de 3.223 postes budgétaires supplémentaires au cours de la période 2017-2020.


Lire aussi| Prise en charge des cas Covid : les cliniques privées sous surveillance

De leur côté, les cadres médicaux et paramédicaux ont bénéficié de la création de 15.500 nouveaux postes budgétaires, alors que seuls 5.320 cadres ont quitté le secteur pendant cette période pour la retraite. « En conséquence, le pourcentage de supervision médicale a augmenté pour atteindre 2,32 pour 10.000 personnes. Ce pourcentage devrait s’améliorer au cours des prochaines années, et que le taux de supervision paramédicale a atteint environ 8,2 pour 10.000 personnes », a-t-il assuré.

Lire aussi| L’OMS désormais opposée au Remdesivir dans le traitement des malades du Covid-19

Quant à la question liée au repli des dépenses des fonctionnaires du secteur de la santé pour l’année 2021 par rapport à 2020, M. Benchaâboun a souligné que cela est dû aux mesures exceptionnelles prises au profit des personnes travaillant dans le secteur en 2020, coïncidant avec leur mobilisation face à la pandémie, et ce à travers la régularisation du statut des infirmiers avec 3 ans de formation et la réalisation de toutes les promotions non mises en œuvre durant les années précédentes.

Par ailleurs, on apprend aussi que les dépenses d’investissement du budget général de l’Etat n’ont connu aucune baisse au titre de l’année 2021 et que le taux de réalisation des investissements publics se situe autour de 80% ces dernières années.

 
Article précédent

Immigration clandestine: Rabat et Madrid se concertent sur la coordination de leurs actions

Article suivant

Le français Séché Environnement renonce à ses ambitions au Maroc