Politique

Élections. L’Istiqlal et le PJD dominent Twitter [Étude]

L’Institut Marocain d’Intelligence Stratégique (IMIS) a publié une note de recherche qui vise à évaluer les modalités et les mécanismes d’influence à l’œuvre sur les réseaux sociaux, en se concentrant sur cinq principales formations politiques : le PJD, le RNI, l’Istiqlal, le PAM et le PPS.


Intitulé « Contribution à la connaissance du processus d’influence dans les réseaux sociaux : cas de cinq partis marocains sur Twitter » et réalisé par l’enseignant-chercheur, membre-expert et membre-cofondateur de l’Institut, Dr Mohamed Benabid, le travail, qui s’est appuyé sur une approche qui s’est voulue rigoureuse du point de vue méthodologique et scientifique, a utilisé des données Twitter pour mesurer l’influence au sein des réseaux des cinq formations.

Le corpus de Big Data recueilli et analysé porte sur près de 30.000 observations couvrant une période de plus de 4 ans, allant du 5 avril 2017 au 19 août 2021. Ces observations ont ensuite permis de reconstituer les réseaux d’utilisateurs et leurs liens ou relations pour chacun des cinq réseaux. Pour évaluer l’importance des différents utilisateurs, et ceux les plus influents sur leurs réseaux, l’analyse, de type relationnelle, a mobilisé une combinaison de méthodes de calcul de scores de centralité et visuelle.

Lire aussi | Un modèle de développement sans réflexion stratégique, est voué à l’échec. Handicaps et paradoxes économiques du Maroc [Par Anas Abdoun]

Dans la partie relative à l’analyse des résultats, le Dr Benabid explique que les comptes Twitter des cinq formations politiques retenues maîtrisent les flux informationnels qui les concernent sur la plateforme étudiée. In fine, « les résultats permettent ainsi d’observer que les leaders de deux partis, l’Istiqlal (Nizar Baraka) en premier, suivi du PJD (Saâdeddine El Othmani) sont particulièrement bien positionnés sur leurs réseaux respectifs (…). Les secrétaires généraux de deux autres formations (PAM et PPS) arrivent également à se placer dans le top five des comptes influents, mais pas sur l’ensemble des centralités et avec des tailles de réseaux de moindre envergure », précise l’auteur.

Lire aussi | Espagne. Intelcia met la main sur un acteur majeur de la relation client

Le Dr Benabid relève en conclusion que cette domination n’est pas nécessairement une bonne nouvelle, « en ce sens qu’elle laisse penser que le reste des audiences joue un faible rôle dans la transmission d’informations ou la connexion avec d’autres utilisateurs dans les conversations ». Ce que confirme d’ailleurs l’analyse visuelle des graphes qui laisse apparaître des réseaux clusterisés.

 
Article précédent

Un modèle de développement sans réflexion stratégique, est voué à l’échec. Handicaps et paradoxes économiques du Maroc [Par Anas Abdoun]

Article suivant

Jeux Paralympiques de Tokyo. Lancer du poids : Fouzia El Kassioui décroche l'argent