Enseignement

Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d’élèves

Les premiers jours d’avril se sont à peine écoulés qu’un combat musclé s’est déclenché entre les écoles privées et les parents d’élèves, qui appellent à une exemption des frais mensuels de scolarité ou du moins, à privilégier des facilités de paiement, essentiellement pour les familles dont les revenus ont été affectés par le ralentissement de l’activité économique, en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.


Une correspondance de plusieurs écoles privées adressée aux parents d’élèves leur rappelant de s’acquitter des frais de scolarités de leurs enfants pour le mois d’avril a été très mal reçue par les familles ayant perdu leur principale source de revenu ou vu leurs ressources diminuer, plaçant ainsi les établissements scolaires sur le banc des accusés, pour ce que certains ont qualifié de « cupidité » et d’ « insensibilité ».

Sur le paiement ou l’exemption de ces frais mensuels, certains trouvent normal que les écoles privées revendiquent leurs frais de scolarité, car dans le besoin de garantir la continuité de leurs activités d’entreprises éducatives. Ces mêmes personnes considèrent que ces établissements ont fermé leurs portes conformément à la décision du ministère de tutelle, notant qu’elles poursuivent leurs activité pédagogique selon un planning déterminé et constatant que leurs salariés doublent d’efforts pour communiquer avec les élèves à distance, en mobilisant tous les moyens pouvant aider au succès de cette opération. L’autre catégorie de parents d’élèves critique, de son côté, « une prédominance du gain » manifestée par les établissements d’enseignement privés qui n’ont pas tenu compte de la situation difficile que traversent de nombreuses familles qui sont dans l’attente de ce que les jours qui viennent leur réservent, à l’heure où le virus continue de se propager. Père de deux enfants, Mohamed n’a pas caché son mécontentement après un appel téléphonique de la part de l’administration de l’école lui rappelant de payer les frais du mois d’avril.

Lire aussi : Enseignement à distance, report des vacances scolaires, formation des enseignants en NTIC… Saaïd Amzazi dit tout

« C’était exactement le premier avril », souligne Mohamed, « et c’est ce qui m’a davantage indigné. Ne pouvaient-ils pas attendre une ou deux semaines le temps que nous arrangions les choses de notre côté ? Ne se soucient-ils guère de notre situation ? ». Travaillant dans l’événementiel, Mohamed a vu ses activités s’interrompre et s’est retrouvé dans l’incapacité de payer les revenus de dix de ses employés. Il trouve donc que les écoles n’ont pas le droit de demander de paiements, étant donné que leurs employés bénéficieront des indemnités de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Mesure routinière

Pour répondre aux critiques adressées au établissements d’enseignement privés, le président de l’Alliance de l’enseignement privé au Maroc, Abdeslam Ammor, a indiqué que le paiement des frais du mois d’avril constitue « une mesure routinière qui se fait à chaque début de mois qu’importent les circonstances », se disant étonné que les parents aient lié les frais de scolarité mensuels à la présence de leurs enfants en classe, jugeant qu’ils en seraient épargnés étant donné l’absence de présence physique à l’école.

Il a relevé que les écoles privées sont des institutions citoyennes prêtes à tendre la main aux familles touchées par les répercussions de la pandémie, soit en reportant le paiement des frais mensuels, soit en les payant par traites soit en les en exemptant totalement si les circonstances le nécessitent, à condition que les parents dans le besoin soumettent des demandes et des documents qui justifient la précarité de leur situation, notant que « l’essentiel c’est de poursuivre l’activité éducative pour finir le programme à la fin de l’année scolaire ». Abdeslam Ammor s’est arrêté, dans ce sens, sur la fragilité du secteur de l’enseignement privé au Maroc, expliquant qu’il existe environ 6.000 établissements scolaires privés dans le Royaume, parmi lesquels 70% considérés comme moyens à petits, avec des frais mensuels ne dépassant pas les 800 DH, jugeant qu’il est difficile pour ces entités-là de faire face à toute interruption ou problème financier censés freiner leur fonctionnement normal.

Lire aussi : Coronavirus : M’jid El Guerrab interpelle le ministre français de l’Education nationale

Concernant les écoles privées qui réclament leurs mensualités tout en bénéficiant des compensations de la CNSS, il a affirmé que cette question « ne se pose pas » et a ajouté qu’aucun recours à cette Caisse ne sera fait « puisque les écoles et les enseignants continuent de travailler et les élèves continuent de recevoir leurs cours ». Il a précisé, dans ce même cadre, que le gouvernement donne la possibilité de bénéficier des prêts « Damane Oxygène », qui vont permettre aux établissements scolaires de payer leurs salariés et de couvrir l’ensemble de leurs dépenses mensuelles.

Avec MAP

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Coronavirus : la BERD renforce son appui aux femmes entrepreneures du Maroc

Article suivant

Fonds Covid-19 : les mutuelles contribuent à hauteur de 23,5 millions de DH