Energie

Gaz naturel. L’Algérie livrera l’Espagne sans passer par le Maroc!

Après l’annonce de la rupture diplomatique avec le Maroc, l’Algérie passe aux actes. Le Gazoduc Maghreb-Europe est le premier à en payer le prix. « L’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel algérien sera assuré à travers le gazoduc Medgaz », a assuré jeudi à Alger le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab.


Mohamed Arkab, ministre algérien de l’Energie et des mines, qui recevait, au siège de son département ministériel, l’ambassadeur d’Espagne en Algérie, Fernando Moran, a affirmé « l’engagement total de l’Algérie de couvrir l’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel à travers le Medgaz ».

Lire aussi | Gazoduc Maghreb-Europe : l’Algérie se mettrait dans une mauvaise position en cas de non renouvellement du contrat avec le Maroc

Le ministre a également mis l’accent sur les capacités dont dispose l’Algérie pour répondre à la demande en gaz « de plus en plus croissante » des marchés européens et plus particulièrement le marché espagnol et ce grâce à la flexibilité en terme de capacités de liquéfaction dont le pays dispose.

Lire aussi | Libye. Nasser Bourita répond à l’initiative de l’Algérie [Vidéo]

Il est utile de rappeler que le gazoduc Medgaz relie les installations algériennes de Béni Saf jusqu’au port d’Almería en Espagne en passant sous la mer Méditerranée. Sa capacité qui fait 8 milliards de m3 est loin derrière la capacité du gazoduc passant par le Maroc (13.5 milliards de m3) et ne peut pas donc remplacer la totalité.

Cependant si l’Algérie affirme pouvoir répondre aux besoins du marché européen, la réalité est ailleurs. La réalité est que l’Algérie a perdu d’importantes parts de marché suite à la montée de l’importation européenne du gaz de schiste américain » affirme Anas Abdoun, expert consultant en énergie.

Elle peut donc certes livrer l’Espagne en gaz naturel sans passer par le gazoduc Maghreb Europe mais cela est tout d’abord le résultat d’une régression sur le marché européen. Les médias et dirigeants algériens préfèrent ne pas aborder cet angle afin de rester plié à la stratégie visant à créer des hostilités avec le Maroc.

Il est aussi important de souligner que le coût d’acheminement de Medgaz est plus important que celui du gazoduc passant par le Maroc. Ceci contribue à la décroissance de la compétitivité du gaz Algérien face au gaz Américain ou au gaz Russe provenant de North Stream 2 qui sera ouvert prochainement. De ce fait, le gaz algérien risque d’être considéré comme un simple backup.

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc. 7357 nouveaux cas, 836.494 au total, jeudi 26 août 2021 à 16 heures

Article suivant

Le Gazoduc Maghreb-Europe première victime de la rupture des relations entre Alger et Rabat