Géopolitique

Hallucinations algériennes

L’histoire d’El Guerguerat tourne au ridicule. Selon l’Agence de presse algérienne, il y a eu 547 batailles dans cette région. C’est franchement ridicule, parce qu’il n’y a pas eu un seul mort des deux côtés. Ce sont donc des batailles d’oreillers. L’Algérie a même annoncé que Smara était assiégée par l’armée rouge du Polisario. Les services de renseignement algériens abusent des psychotropes.


Aucune agence de presse sérieuse ne relaye cette propagande. A l’ère des satellites, une propagande de ce niveau, n’a aucune chance d’atteindre la moindre cible. Ceux qui n’ont pas de satellites, retrouvent sur leurs marchés les produits passés par El Guerguerat, preuve que le passage est sécurisé. Ces hallucinations sont la preuve de la déperdition des services algériens. Ils n’ont plus rien d’autre à opposer aux avancées diplomatiques marocaines que les fake news, facilement checkées. Ils cherchent à faire prospérer « la menace extérieure » pour réaliser un semblant d’unité en Algérie, avant des élections dont le peuple est désintéressé. Accessoirement, si cela peut convaincre à Tindouf que la solution militaire est viable, c’est bon à prendre.

Lire aussi| Les États-Unis comptent s’appuyer sur les succès de la normalisation avec le Maroc dans les relations américano-israéliennes

Le Polisario, sans autonomie, aucune, est une carte dans un jeu qui le concerne de moins en moins. Le pauvre El Ghali, manière de parler parce qu’il a un patrimoine conséquent aux Canaries, est piégé par la propagande algérienne. S’il y a eu plus de 500 batailles, il faut que le Polisario, s’il veut rester dans le jeu, dénonce le cessez-le-feu et réclame le retrait de la Minurso. Auquel cas, c’est la guerre qui reprend et l’Algérie n’en a pas les moyens, ni financiers, ni politiques. La comédie actuelle est tragique.

Lire aussi| France : reprise des visas de regroupement familial

L’Algérie veut compenser son impuissance, par une stratégie de fake news, en espérant que les grandes puissances interviendront dans l’urgence, pour lui donner une porte de sortie honorable. Alger oublie les aspects sécuritaires, économiques, où le Maroc a montré sa fiabilité, comme socle de la stabilité de la région. Arrêter les psychotropes, revenir à la raison est au-dessus des capacités du régime militaire algérien. C’est son peuple qui en tirera les conséquences.

 
Article précédent

Campagne de vaccination : le ministère de la Santé rassure sur le déroulement de l’opération

Article suivant

Innovation : lancement d’un appel à candidatures pour l'incubation de startups en faveur du climat