Marché de l’emploi

HCP : la situation du marché du travail se dégrade davantage au 3ème trimestre

Selon la dernière note du Haut Commissariat au Plan, le volume du chômage a atteint au Maroc 1,482 million de personnes avec une poussée des pertes d’emplois au troisième trimestre de 0,581 million de postes.


« Entre le troisième trimestre de 2019 et la même période de 2020, l’économie nationale a perdu 237.000 postes en milieu urbain et 344.000 en milieu rural, ce qui correspond à une perte de 581.000 postes d’emploi. Une année auparavant, entre le troisième trimestre de 2018 et la même période de 2019, l’économie nationale avait créé 143.000 postes d’emploi », indique la note sur la situation du marché du travail au troisième trimestre de 2020.

Dans le détail, le secteur des services a perdu 260.000 postes, celui de l’agriculture, forêt et pêche » 258.000, l“industrie y compris l’artisanat » 61.000, alors que le secteur des BTP en a créés 1.000.

Lire aussi | Covid-19 : l’ANAM approuve le protocole thérapeutique de la prise en charge et fixe les tarifs

« Avec une hausse de 368.000, dont 276.000 en milieu urbain et 92.000 en milieu rural, le volume global du chômage a atteint 1.482.000 personnes au niveau national », souligne le HCP. Le taux de chômage est ainsi passé de 9,4% à 12,7% au niveau national, de 12,7% à 16,5% en milieu urbain et de 4,5% à 6,8% en milieu rural. Il a enregistré une forte hausse parmi les femmes, de 13,9% à 17,6%, parmi les hommes, de 8,0% à 11,4% et parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, de 26,7% à 32,3%.

La population active occupée en situation de sous-emploi a atteint 1.182.000personnes. Le taux de sous-emploi est passé de 9,1% à 11,6%, au niveau national, de 7,8% à 10,5%en milieu urbain et de 10,8% à 13,3% en milieu rural, conclut la note de présentation de l’étude.

Lire aussi | Acquisitions : les MRE bientôt au bout de leur peine ?

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 4495 nouveaux cas, 229.565 au total, mardi 3 novembre à 18 heures

Article suivant

PLF 2021 : l’urgence d’un débat sociétal