Presse

L’ANME dénonce l’atteinte aux « institutions marocaines, à leur tête l’Institution monarchique » par la chaine algérienne Echourouk

L’Association nationale des médias et des éditeurs (ANME) a dénoncé le contenu « immoral » et « condamnable » diffusé par la chaîne officielle algérienne « Echourouk », portant atteinte aux institutions marocaines, à leur tête l’Institution monarchique. 


Les directeurs de publication et les chefs d’entreprises médiatiques affiliés à l’ANME déplorent le niveau bas et immoral atteint par cette chaîne financée par les contribuables algériens en traitant de la personne du Roi, qui jouit du respect et de l’estime au Maroc et ailleurs, indique l’Association nationale des médias et des éditeurs, dans un communiqué.

L’ANME avertit ladite chaîne et l’ensemble des médias officiels en Algérie que les attaques immorales et abjectes à l’encontre des institutions marocaines, à leur tête l’Institution monarchique sont des actes condamnables qui n’ont aucun rapport avec la déontologie du métier de journaliste et des médias.  De même, l’Association met en garde contre toute persistance dans cette provocation « attentatoire au Père de la Nation, Garant de sa stabilité et Protecteur de ses frontières », souligne le communiqué. Les directeurs de publication et les chefs d’entreprises médiatiques affiliés à l’ANME soulignent que toute atteinte à la personne du Roi est une atteinte à tous les Marocains à l’intérieur du Maroc comme à l’extérieur.  Et de faire observer que la fonction principale des médias lorsqu’ils abordent les affaires étrangères et les relations avec les voisins est de présenter un contenu pertinent qui sert le rapprochement et la coopération fraternels et, dans les pires des cas, s’abstenir de porter atteinte à autrui et de « s’embourber dans le marécage de la bassesse et des insultes ». 

Lire aussi|Moncef Slaoui : « je n’ai jamais dit qu’il y aurait suffisamment de vaccin pour vacciner tout le monde à la fois »

Malheureusement, des médias et télévisions algériens se sont spécialisés, des années durant, dans ce genre de comportements, et leur traitement de tout ce qui concerne le Maroc et ses institutions tente aujourd’hui de se moquer de manière grossière de la personne du Roi, fait constater l’ANME qui précise que cet agissement ne peut pas passer inaperçu sous le prétexte de la liberté d’expression qui n’existe même pas en Algérie. 

L’Association appelle dans ce contexte tous les médias marocains qu’ils soient publics ou privés à continuer à défendre l’unité du Royaume et à soutenir les institutions du pays, à leur tête l’Institution monarchique, et ce dans sa lutte sacrée en faveur du parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume. « Cette lutte est la nôtre tous et nous devons y être plus que jamais unis jusqu’à la victoire », souligne l’ANME.  Elle appelle également les sages de l’Algérie dans le champ médiatique à condamner ce comportement abject émanant d’Echourouk et à respecter la déontologie du métier du journaliste en traitant des affaires du Maroc, en particulier l’Institution monarchique que les Marocains considèrent comme une ligne rouge.

(avec MAP)

Lire aussi|Smartphones : les recommandations de la NSA pour ne plus être traqué

 
Article précédent

CGEM : un webinaire dédiée aux Marocains Entrepreneurs et Hauts Potentiels du Monde

Article suivant

Suivez le LIVE de l’émission « Ach Waq3 » de MFM Radio