OptiqueNomination

Le géant EssilorLuxottica nomme un marocain à la tête de ses filiales marocaines

Moins d’un an après avoir mis en place un plan d’optimisation de ses structures logistiques et commerciales au Maroc, notamment en redimensionnant son réseau d’agences de distribution BtoB de verres ophtalmiques, le groupe EssilorLuxotticca opte pour un remaniement inédit à la tête des activités marocaines.


En effet, le leader mondial de la conception, la fabrication et la distribution de verres ophtalmiques, de montures optiques et de lunettes de soleil, notamment depuis son rapprochement en 2018 avec l’italien Luxottica (ce qui a donné naissance à EssilorLuxottica), vient de nommer un marocain à la présidence de quatre filiales marocaines que sont Optiben et Movisia (toutes les deux basées à Casablanca), ainsi que les deux autres domiciliées à Tanger, à savoir Essilor Technologies et Services et L’N Optic.

Lire aussi | Très lourde perte pour la Banque Populaire Fès-Meknès

Le nouveau premier dirigeant et responsable des opérations au Maroc n’est autre que Hakim Benkaroun, un manager qui a fait presque toute sa carrière chez le groupe Essilor d’abord, en tant que Responsable Commercial pour la France et ensuite, en tant que Directeur des Ventes chez BBGR, une filiale d’Essilor International. En remplaçant Laurent Trichoux (appelé à d’autres fonctions au sein du groupe franco-italien) à la présidence des principales filiales marocaines, M. Benkaroun a pour principale mission de redresser les ventes du groupe dans un marché marocain du verre optique fortement tiré à la baisse par les produits d’entrée de gamme (notamment ceux importés de Chine) et de contrebande.

Lire aussi | La Caisse marocaine des retraites est-elle encore “sauvable“ ?

Rappelons qu’en 2019, le groupe EssilorLuxottica a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 17,4 milliards d’euros (soit près de 188 milliards de DH) pour un bénéfice opérationnel de 1,68 milliard d’euros (soit près de 20 milliards de DH). Le groupe basé à Charenton-le-Pont près de Paris, emploie près de 78.000 salariés répartis entre 78 pays.

 
Article précédent

Eau potable en milieu rural : l’ONEE se donne les moyens de ses ambitions

Article suivant

Tarik Haddi, DG associé d’Azur Partners : "il est temps de renégocier certains accords de libre échange"