Bourse

Le groupe RAJI introduit en bourse sa filiale Cosmos Electro

Un an après avoir repoussé son projet de sortie sur le marché financier à cause de la crise sanitaire et économique inédite du Covid-19, Cosmos Electro relance son projet d’introduction en bourse. Cette fois-ci, la filiale du groupe familial multi-métiers RAJI est conseillée par CFG Bank qui s’attelle actuellement à apporter les dernières retouches à la note d’information avant le visa de l’AMMC.


Outre l’institutionnalisation de l’actionnariat de cette filiale aujourd’hui largement contrôlée par le groupe fondé par Feu Haj Hassan RAJI, l’opération vise à lever quelques 100 millions de DH auprès des investisseurs. Une manne qui servira à financer la poursuite de l’extension du réseau de magasins de l’enseigne Cosmos et ce, en hissant la taille d’une vingtaine de points de vente actuellement, à plus de trente à moyen terme. L’objectif de la maison mère de Cosmos Electro, est de hisser cette filiale créée en 2011 au rang de co-leader du secteur avec Electroplanet, en profitant de la débandade d’Abroun et la stagnation de Biougnach dont les ouvertures de nouveaux points de vente sont pratiquement à l’arrêt.

Lire aussi| Relance : l’ONMT mise sur les régions

Pour CFG Bank, qui était également arrangeur de la dernière introduction en bourse à la cote de Casablanca (en l’occurrence celle d’Aradei Capital), une telle nouvelle mission confirme son leadership sur le segment des métiers de banque d’affaires…en attendant de confirmer la pertinence de son déploiement sur ceux de la banque classique (où il est en déficit depuis 2012, année de l’octroi de sa licence par Bank Al Maghrib).

Rappelons que le groupe RAJI, opère aussi bien dans l’industrie (notamment la minoterie et fabrication de couscous) que la distribution, ou encore l’immobilier (principalement dans la région du Grand Casablanca où il a déjà à son compteur une trentaine de projets déjà finalisés).

Lire aussi| HCP : une répartition inégalitaire des revenus et socialement intolérable

 
Article précédent

"Mon histoire avec les médicaments", une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 2]

Article suivant

Africa Motors : la marque DFSK chouchoute ses clients