Diplomatie

Le Maroc demande à l’Espagne « si elle veut sacrifier sa relation bilatérale » pour Brahim Ghali

Lors d’un entretien accordé à l’agence de presse EFE, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a été ferme et a condamné la décision prise par l’Espagne d’accueillir Brahim Ghali sur son territoire. Cette action pourrait lourdement affecter les relations entre le Maroc et l’Espagne selon le ministre.


Cet entretien accordé à l’agence de presse EFE vient en effet confirmer l’existence d’une crise entre le Maroc et l’Espagne. En effet, Cet entretien accordé par Nasser Bourita a lieu dans un contexte de tensions entre le Maroc et l’Espagne. Madrid a récemment accueilli le leader du Polisario, Brahim Ghali, pour des « raisons humanitaires ». Ce dernier a été accueilli afin de pouvoir se faire soigner dans un hôpital espagnol. Dans cet entretien, Nasser Bourita revient sur sa frustration de ne pas avoir reçu de « réponses satisfaisantes et convaincantes » aux maintes questions que le ministère des Affaires étrangères marocain a adressé à son homologue espagnol par le biais d’un communiqué publié le 25 Avril. A travers ce communiqué, la diplomatie marocaine se posait une série de questions :

 – Pourquoi le dénommé Brahim Ghali a-t-il été admis en Espagne en catimini et avec un faux passeport ?

– Pourquoi l’Espagne a-t-elle jugé utile de ne pas en aviser le Maroc ?

 – Pourquoi a-t-elle a opté pour son admission sous une fausse identité ?

– Pourquoi la justice espagnole n’a-t-elle pas encore réagi aux nombreuses plaintes déposées par les victimes ?

Lire aussi| Décryptage de la diplomatie algérienne en Afrique et des rapports de force avec le Maroc

Nasser Bourita voit en cette affaire « un test sur la fiabilité et la sincérité de la relation » entre le Maroc et son voisin espagnol. C’est l’occasion de jauger si cette dite sincérité n’est qu’au final qu’un simple « slogan ». Le ministre a également rappelé que de son côté, le Maroc avait refusé d’accueillir des leaders indépendantistes catalans en 2017.

De ce fait donc, le Maroc se demande si l’Espagne « veut sacrifier sa relation bilatérale » sur l’affaire Brahim Ghali, et attend toujours « une réponse satisfaisante et convaincante » à ce sujet de la part du gouvernement espagnol.

Lire aussi| Maroc-USA : Nasser Bourita s’entretient avec le Secrétaire d’Etat américain

Le ministre marocain a donc souligné que clarté et réactivité seront des éléments essentiels dans les jours à venir afin de mener un dialogue digne de l’histoire des relations qui rassemblent les deux pays et ce à commencer donc par des réponses aux questions soulevées en référence à l’hospitalisation du leader du Polisario en Espagne.

 
Article précédent

Décryptage de la diplomatie algérienne en Afrique et des rapports de force avec le Maroc [Tribune]

Article suivant

"Mon histoire avec les médicaments". Une autobiographie de feu Omar Tazi à lire sans tarder