Dossier

Marché de l’emploi : les secteurs qui recrutent en 2021

Qui aurait pu prédire qu’en 2020, sous l’influence d’une crise sanitaire, les cartes pourraient être ainsi rebattues ? La crise sanitaire du Covid-19 a débouché sur une grave crise économique et un bouleversement du marché de l’emploi. Personne n’avait anticipé la potentialité d’un coup d’arrêt du marché de l’emploi tel que celui que nous avons connu durant les trois premiers trimestres 2020. Gel des recrutements dans de nombreux secteurs, licenciements économiques, chute des offres d’emploi, effondrement du travail temporaire, report des projets de recrutements annoncés en 2019 : le marché de l’emploi a connu un retournement sans précédent. Mais depuis novembre dernier, un vent de reprise semble souffler sur le marché de l’emploi, suite à la relance progressive de l’économie nationale. A quoi s’attendre concrètement dans les mois à venir en matière d’emploi et de recrutement ? 


Impactés à la fois par la sécheresse et la crise sanitaire et économique actuelle, les indicateurs du marché de travail au troisième trimestre de l’année 2020 étaient au rouge. Un taux d’emploi qui a chuté à 37,9% marquant une baisse de 2,8 points par rapport à la même période de l’année dernière, selon le Haut-commissariat au plan (HCP). Résultat: le Maroc comptait à cette date 1.482.000 personnes au chômage sur les 26.797.000 en âge d’activité. Mais depuis un peu plus de deux mois, après plusieurs mois de crise, les demandeurs d’emploi semblent revenir à des comportements normaux, et multiplient les candidatures. Pour les jobboards et cabinets de recrutement, la tendance est bien visible. «Déjà à la fin de l’année dernière, on a pu constater un léger regain de l’activité. On a senti que le marché se réveillait tout doucement après l’été. Actuellement, ce début de mois de janvier montre des perspectives encourageantes, même si certaines grandes entreprises se restructurent, avec les conséquences que cela engendre en perte d’emplois », souligne Jamal Boumiloud, PDG et fondateur du site de recrutement Marocadres.

Lire aussi| Un webinaire pour débattre sur l’Afrique post-Covid

Même son de cloche chez le ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle. Selon Mohamed Amekraz, le marché du travail connait une «reprise relative» suite à la relance progressive de l’économie nationale. «Les mesures prises pour faire face aux répercussions économiques et sociales de la Covid-19 ont contribué, de manière générale, à maîtriser l’aggravation de la situation au niveau du marché du travail. Les données des déclarations de salaires de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) relèvent que l’activité économique commence à se rétablir progressivement.  Le nombre de personnes inscrites à la CNSS a atteint 1,6 million de personnes au mois d’avril, tandis que quelque 2,5 millions employés ont été inscrits jusqu’à ce jour, et près de 100.000 employés n’ont pas encore repris leur travail», dit-il.

Autre observation faite par le ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle «certains secteurs ont repris leurs activités en un temps record, notamment l’automobile, qui connaît un manque en matière de ressources humaines et est en train d’attirer d’autres catégories de main-d’œuvre, alors que d’autres secteurs connaissent encore des problèmes majeurs, tels que le tourisme, qui a été fortement touché malgré certaines mesures prises pour le relancer ».  

Tendances RH 

Le jobboard Rekrute.com a, de son côté, analysé le comportement des recruteurs sur toute l’année 2020 sur la base des offres d’emploi postées sur son site durant l’année, pour dégager les tendances du marché de l’emploi.  Selon Rekrute, la crise sanitaire a bien entendu impacté le marché de l’emploi sur les six derniers mois. «Même si le nombre de postes ouverts a chuté de 30% sur l’année, le nombre d’annonces diffusées a noté une baisse moins importante, avec même une augmentation de 4% en décembre. La conclusion est donc que les entreprises ont beaucoup moins recruté en volume, mais ont continué leurs recrutements. En décembre, l’activité recrutement a bien repris sur le marché », affirme-t-il.

Si les secteurs ont vu à la baisse leur volume de recrutement, trois d’entre eux ont quand même réussi à maintenir leurs recrutements, selon ce portail de l’emploi au Maroc qui cible des cadres et professions intermédiaires.

Sans surprise, le secteur des Call Center, sur la base de l’analyse de 75 663 postes ouverts dans ce segment, s’empare de la première place avec 68% (-2 points vs 2019). Il est le plus gros pourvoyeur de postes de l’année 2020 ! Le secteur des centres d’appel maintient donc son dynamisme en 2020 et recrute le plus cette année, avec 50 883 postes ouverts en 2020. 

Il est suivi du secteur IT avec 19% des recrutements (-1 point seulement vs 2019). Il faut dire que la demande des informaticiens ne cesse d’augmenter dans le Royaume et que le secteur devient aussi de plus en plus exigeant en termes d’expériences et de niveaux d’études. En effet, selon Rekrute, ce secteur de l’IT a enregistré une forte demande des profils entre 3 et 10 ans d’expériences. Il recrute surtout des ingénieurs. Ce sont en effet les Bac+5 qui ont été les plus demandés en 2020 avec 8877 postes ouverts, suivis par les Bac+2 avec 2140 postes ouverts. En 3ème place arrivent les Bac+3 et Bac+4 respectivement avec 1589 et 942 postes ouverts, qui ont connu une augmentation de la demande VS 2019, contrairement au Bac+4 et plus.

Lire aussi|Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l’Afrique

La fonction informatique / Electronique a été la plus demandée par le secteur IT en 2020 avec 10450 postes ouverts, en hausse VS 2020. La fonction Télécoms / Réseaux a comptabilisé une ouverture de 2126 postes et une baisse par rapport à 2020. Quant à la fonction Multimédia / Internet, la demande a été faible et connu l’ouverture de 180 postes seulement. A noter, que l’analyse du jobboard a porté sur 13 774 postes ouverts dans le secteur de l’IT. 

Le secteur bancaire arrive en troisième position avec 4% des recrutements en 2020 (-4 points vs 2019), selon Rekrute.

Toujours est-il qu’en 2020, les Bac+4 et plus, soit les cadres, ont été les plus impactés par la crise Covid, selon le spécialiste en e-recrutement. «Ils ont été les moins demandés avec une baisse de 65% par rapport à 2019. De l’autre côté, les Bac+3 et moins ont été les plus recrutés avec une hausse en 2020 de 65% par rapport à 2019 », constate-t-il.

Si la reprise de l’activité a permis de relancer tout doucement la machine, quid concrètement des recrutements et du marché de l’emploi dans les prochains mois de 2021 ? Les tendances RH 2020 vont- elles peser cette année ?

Les secteurs qui devraient recruter 

D’après les impressions recueillies auprès de DRH…

Lire la suite dans votre e-magazine Challenge en cliquant sur la couverture.

Autres sujets du dossier :

– Fonction publique : 39.453 nouveaux postes seront créés en 2021
– Des incitations fiscales à l’emploi
– Interview avec Alexendra Montant, Directrice générale adjointe de ReKrute « L’IT est le secteur qui recrutera le plus cette année »

 
Article précédent

Votre e-magazine Challenge du vendredi 15 janvier 2021

Article suivant

Maroc-USA : signature d’un mémorandum d’entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite