Emploi

Marché de l’intérim : un nouvel acteur français débarque au Maroc

Le groupe français Domino HR prend pied au Maroc. En effet, ce spécialiste de l’intérim, travail temporaire et formation, vient de créer Domino HR Morocco en partenariat avec Manol Investissement & Conseil, une structure contrôlée et gérée par Olivier Gastineau un entrepreneur français qui opère, lui aussi, dans les métiers de l’emploi depuis 13 ans et plus particulièrement dans la région de Lyon.


Basée à Casablanca, cette joint-venture compte profiter du vent favorable qui souffle sur les métiers historiques de ses deux actionnaires dans un contexte de crise du Covid-19, où presque toutes les entreprises cherchent à variabiliser leurs coûts de fonctionnement, dont ceux du facteur de travail. Outre l’intérim et le travail temporaire, Domino HR Morocco opérera également dans la délégation du personnel. Elle sera gérée conjointement par son actionnaire minoritaire Olivier Gastineau et Manaf El Hebil, un franco-marocain qui dirige les opérations du groupe Domino HR. 

Lire aussi| Holmarcom s’introduit au Kenya

Rappelons, que Domino HR qui compte 110 agences à travers son marché domestique en France, a connu un développement rapide depuis sa création en 1999 par Loïc Labouche. Grâce à une conquête réussie de l’international (avec une présence à ce jour en Suisse, au Portugal, en Belgique et en Pologne), ce groupe réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires consolidé de plus de 150 millions d’euros (plus de 1,6 milliard de DH).

Dans sa nouvelle aventure marocaine, Domino HR aura à croiser le fer avec d’autres acteurs européens solidement implantés de ce côté-ci de la méditerranée, tels que le suisse Adecco ou l’autre français Tectra qui revendique, à lui tout seul, 40% du marché marocain qui est estimé à plus de trois milliards de dirhams et qui affiche une croissance de près de 10% par an depuis plusieurs années. Chaque jour, ce sont plus de 200.000 salariés marocains qui travaillent dans le cadre d’un contrat d’intérim. Un chiffre qui devrait dépasser les 500.000 d’ici 2025, avec l’effet du Covid-19.

Lire aussi| Relance économique : 96.000 prêts garantis par l’État pour un montant de près de 67 milliards de DH

 
Article précédent

La Startup Factory officialise son implantation à Dakar

Article suivant

Tariq Zidi, Président du CJD Maroc :«la course de l’entrepreneur a pour objectif de rapprocher le monde de l’éducation et celui de l’entreprise»