Culture

Notre diversité culturelle est une source inépuisable d’enrichissement

La diversité culturelle est la vraie source inépuisable d’enrichissement de toute formation sociale. Le webinaire international, organisé du 25 au 28 janvier par la Rabita Mohammadia des Oulémas via son Centre Ta’aruf en partenariat avec l’Ambassade des États-Unis d’Amérique, au Maroc, la Fondation Mémoires pour l’Avenir (FMA) et Archives du Maroc (ADM), sous le thème « Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l’Altérité », est en même temps un moment de lumière et une réponse à des discours souvent sources de confusion et d’aveuglement.


Déjà, en 2019, la première conférence organisée a été dédiée à la « préservation du patrimoine culturel des communautés religieuses ».
Le Royaume du Maroc connaît actuellement un véritable « momentum exceptionnel », selon l’expression d’André Azoulay, Conseiller de S.M. le Roi. Revisiter le passé et réhabiliter la mémoire collective dans toute sa diversité ne constituent pas la simple expression d’un besoin de nostalgie. « Nous avons tous besoin du passé pour construire notre futur ». Dans cette phrase, André Azoulay souligne l’importance de l’ancrage culturel de notre société à redécouvrir pour mieux aller vers l’avant. A cet égard, l’acte hautement symbolique du Souverain visitant Bayt Dakira fera universellement date.

Lire aussi | Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l’ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies

Bayt Dakira, c’est la consécration vivante de cette vie commune et magnifique, mariant Islam et Judaïsme qui ont forgé une extraordinaire complicité humaine à travers l’histoire pour faire front à tous les fanatismes. Ce retour, ce « ressourcement » est une manière de se laver les yeux, de déconstruire en se libérant de nombreux préjugés et adopter un regard limpide, en redécouvrant l’authenticité des faits et des racines dans toute leur diversité réelle. C’est là la meilleure « source » où peut s’abreuver notre esprit pour développer aujourd’hui des convictions profondes de paix et de fraternité dans l’acceptation de la différence. Très significative est d’ailleurs la présence à cet évènement de personnalités éminentes, notamment Salim Ben Mohamed Al-Malik, Directeur Général de l’ISESCO, Amina Bouayach, Présidente du Conseil National des Droits de l’Homme, Driss El Yazami, Président du Conseil de la Communauté Marocaine à l’étranger et Serge Berdugo, Secrétaire Général du Conseil de la Communauté Israëlite du Maroc.

Lire aussi | Décarbonation des TPME industrielles : le programme « Tatwir croissance verte » lancé

Au menu de cette rencontre figurent la projection du film « Les cloches de Toumliline » de Mohamed Hamid Darouich et des ateliers, notamment celui intitulé « Mémoire : comment réinventer des rencontres internationales en Afrique ». Souhaitons beaucoup de succès à cet évènement qui contribuera certainement à la renaissance de cette profonde diversité culturelle solidement ancrée dans notre subconscient individuel et collectif et dont a si besoin le monde d’aujourd’hui.

 
Article précédent

Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies

Article suivant

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, mardi 26 janvier