Patronat

Relance : Chakib Alj appelle le gouvernement à donner plus visibilité sur la reprise des activités

Le président du patronat, en marge de la tenue le 21 mai de la réunion de la Plateforme Gouvernement-CGEM, a plaidé pour plus de visibilité au profit des entreprises en vue d’une reprise effective des activités dans le respect strict des mesures sanitaires. Chakib Alj a notamment appelé l’Exécutif à un engagement total, régulier et empreint d’un esprit de partenariat et de concertation pour sortir « notre économie de cette crise inédite et saisir les opportunités qui se présentent ».


Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj, appelle l’Exécutif à offrir plus de visibilité aux entreprises quant à la reprise des activités. Il a lancé cet appel en marge de la tenue le 21 mai de la rencontre de la Plateforme Gouvernement-CGEM. L’objectif de cette rencontre entre le patronat et le gouvernement était de dresser un bilan des réalisations de ce mécanisme public-privé, à quatorze mois de la mise à jour de son contenu, mais aussi d’identifier les dossiers ayant rencontré des difficultés, dans la conjoncture actuelle marquée par la pandémie. « La crise induite par cette pandémie a été dévastatrice pour le tissu économique national », a fait remarquer Chakib Alj dans son discours, ajoutant que la solvabilité des entreprises et la sauvegarde de l’emploi constituent aujourd’hui deux sujets majeurs à traiter de toute urgence.

Lire aussi| Allègement des restrictions : couvre-feu réduit et heure de fermeture prolongée pour les cafés et restaurants

« Pour gérer leur trésorerie et survivre aux conséquences de la baisse voire d’un arrêt total d’activité, les opérateurs économiques, notamment les TPME, ont fait appel à la dette, comme nous le savons tous, en attendant une reprise d’activité normale. Or, la reprise effective n’a pas été au rendez-vous et les entreprises se trouvent aujourd’hui surendettées », a souligné le président du patronat. Le patron des patrons poursuit en attirant l’attention du gouvernement sur le fait que « quelques secteurs comme le tourisme et l’événementiel, ont besoin de visibilité sur la reprise de leur activité, qui se fera bien évidemment dans le respect des mesures sanitaires ». Sur la solvabilité des entreprises, il a appelé à se concentrer sur les opérateurs nécessitant une restructuration financière. Chakib Alj a aussi mis en exergue l’impact social de la crise qui engendré un grand nombre de licenciements, soit 420.000 pertes d’emplois selon les derniers chiffres de la CNSS.

Toutefois, il a également souligné que cette période de crise a été marquée par de belles choses. « D’abord l’anticipation, la réactivité et le pragmatisme avec lesquels notre pays a géré la crise sanitaire, notamment la campagne de vaccination exemplaire , sous le leadership éclairé de Sa Majesté le Roi. Une gestion qui a été saluée à l’échelle internationale! », a-t-il assuré, ajoutant que la généralisation de la protection sociale représente aussi une véritable révolution sociale et sociétale. Au rang des réalisations positives, Chakib Alj a également fait observer que le Fonds Mohammed VI pour l’investissement, dont le déploiement est prévu prochainement, est l’une des réponses majeures aux attentes des entreprises pour la relance. « La pandémie du Covid-19 a aussi révélé la résilience et la capacité d’adaptation de notre industrie nationale », s’est-il réjoui.

Lire aussi| Coronavirus : tous les vaccins approuvés sont efficaces contre les variants selon l’OMS

« C’est pour toutes ces raisons qu’il faut continuer à développer l’industrie nationale pour qu’elle s’érige en une réelle locomotive pour notre économie. Nous sommes à un tournant capital à ne pas manquer! Dans ce sens, la mise en place de la banque de projets industriels, accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par les opérateurs, a permis de donner de la visibilité sur les opportunités existantes par filière », a-t-il poursuivi. Saluant le rôle majeur du Comité de Veille Économique (CVE) depuis le début de la crise, le président de la CGEM appelle à rapprocher le mode de fonctionnement du Conseil Conjoint et celui du CVE, en formalisant davantage le rôle de cette plateforme, afin de pouvoir traiter en toute synergie et de manière rapide et effective, les chantiers économiques à moyen terme. « Nous sommes à un moment crucial et décisif de l’histoire de notre économie. Un engagement total, régulier et emprunt d’un esprit de partenariat et de concertation est indispensable pour sortir notre économie de cette crise inédite et saisir les opportunités qui se présentent à nous pour en faire une économie compétitive et attractive », a conclu Chakib Alj.

 
Article précédent

Cannabis : les amendements du parlementaire Omar Balafrej pour le projet de loi 13.21

Article suivant

La présidente de la BERD, en visite virtuelle au Maroc