Hôtellerie

Risma met en vente l’Ibis Palmeraie

Trois ans après avoir pris de court la communauté financière en se délestant d’un seul coup de trois hôtels Ibis, Risma, l’entité qui porte les actifs du groupe Accor au Maroc met en vente une autre unité hôtelière portant l’enseigne phare du portefeuille de marques économiques de son partenaire métier.


En effet, le fonds d’investissement touristique dont le cours boursier a été laminé dans le sillage de la crise sanitaire qui a mis à genoux le secteur touristique mondial, souhaite céder l’Ibis Palmeraie qu’il avait inauguré en début 2007, quelques mois à peine après son introduction à la bourse de Casablanca. Pour l’instant, rien ne filtre sur le prix minimal attendu par RISMA pour la cession de cet hôtel doté d’une capacité de 147 chambres – dont 6 communicantes et 4 pour handicapés – et de 7 suites ; mais selon des sources proches du dossier, les acquéreurs ne se bousculent pas au portillon par manque de visibilité quant à l’horizon et à la vigueur de la reprise de la fréquentation hôtelière au sortir de la crise terrible du Covid-19.

Lire aussi | La Société Générale construit un mega-centre d’offshoring à Casa-Anfa

Que cherche Risma à travers un tel délestage ? Se désendetter manifestement, afin d’être en mesure de distribuer dès que possible son troisième dividende (en quinze années de cotation !). Et avec une dette consolidée qui avoisine les 1,6 milliard de dirhams à fin mars 2021 et un chiffre d’affaires divisé par trois au titre de l’année écoulée, cela sera des plus difficiles sans une politique de cession d’«actifs non stratégiques».

Lire aussi | Covid-19. Le Maroc face au défi de la reprise économique [Par Charaf Louhmadi]

Rappelons, que le fonds détenu à hauteur de 36% par RMA Watanya et à peine 33% par le groupe hôtelier Accor (le reste étant réparti entre institutionnels marocains et flottant en bourse), avait cédé en 2018 ses Ibis de Tanger Free Zone, Fnideq et Agadir au Groupe Benaboud, un opérateur économique diversifié contrôlé par la famille éponyme et ce, juste après avoir cédé des terrains nus dans les encablures de Casa Port près d’Ibis et du Sofitel Tour Blanche.

 
Article précédent

Aïd Al-Adha. L’ONCF met en place un dispositif spécial

Article suivant

Mehdi Lahlou : à 14 ans il espère intégrer la Montverde Academy, un tremplin vers la NBA