Transport

Transport touristique : bientôt un contrat-programme pour le secteur ?

Les professionnels du transport touristique décrocheront-ils un contrat-programme auprès de leur tutelle bientôt ? La question mérite d’être posée d’autant plus que le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau se dit disposé à élaborer une feuille de route pour le secteur, avec les propositions des professionnels.


C’est au cours d’une récente réunion avec les représentations professionnelles du transport touristique, que le secrétaire général du ministère a laissé entendre que les services du ministère sont disposés à entamer cette action dans les plus brefs délais.  Cette réunion, qui s’inscrit dans le processus du dialogue social mené par le ministère avec les professionnels du secteur du transport routier, a été tenue notamment avec la Fédération nationale du transport touristique, la Fédération nationale du transport touristique, le Syndicat national du transport touristique et l’Association nationale du transport touristique. On apprend qu’elle a été consacrée à l’examen des problématiques et des contraintes que connait le secteur du transport touristique au Maroc, suite à la propagation du virus COVID 19.

Dans le même contexte et dans le cadre des efforts déployés par le ministère pour accompagner ce secteur, le secrétaire général a présenté les actions et mesures mises en œuvre en plus des actions proposées dans le cadre du plan de relance des entreprises opérant dans des secteurs liés aux missions du ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau.

Lire aussi| Reconnaissance internationale pour le Franco-marocain Mohammed Errafi


« Après une large et constructive discussion, les professionnels du transport touristique ont suggéré, pour soutenir les entreprises fragilisées par la crise, de réviser certaines dispositions de l’arrêté ministériel n° 3975.19 publié le 6 juillet 2020, relatif à la définition des caractéristiques et des conditions de l’équipement des véhicules destinés au transport touristique », a-t-on indiqué.

Il est notamment question de celles relatives à l’âge des véhicules pour la première exploitation, ainsi que la disposition liée aux caractéristiques techniques du véhicule. Les professionnels ont également proposé le retour au cahier des charges dans l’attente de la fin de la crise du Coronavirus et de se pencher sur la recherche de solutions permettant l’intégration des véhicules acquis avant la publication dudit arrêté ministériel au parc du transport touristique. De même, ils ont sollicité la révision, la simplification et la dématérialisation des procédures administratives relatives à l’octroi des actes administratifs de transport touristique. A cet égard, le secrétaire général a confirmé que cette demande s’inscrit dans le cadre d’un chantier national mené par le gouvernement et que tous les départements doivent s’y inscrire, précisant que le ministère a été précurseur en matière de digitalisation de plusieurs activités relatives au secteur du transport touristique.

Lire aussi| La région Béni Mellal-Khénifra lance un nouveau programme intégré d’accompagnement des TPME


En outre, le secrétaire général a précisé que le ministère avait déjà proposé d’œuvrer avec les professionnels du secteur du transport touristique en vue d’élaborer un contrat-programme constituant une feuille de route pour le secteur, comportant les propositions des représentations professionnelles. A cet effet, les professionnels du secteur ont été invités à faire parvenir aux services compétents relevant du Ministère, leurs suggestions et propositions d’amendement de l’arrêté ministériel et du projet de contrat-programme relatif au transport touristique, pour les étudier et identifier les formules possibles pour leur mise en œuvre, en concertation avec tous les départements gouvernementaux et les institutions concernées.

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 625 nouveaux cas, 500.948 au total, vendredi 9 avril 2021 à 18 heures

Article suivant

Simplification des procédures : la Douane accélère la cadence