Assurances

Wafa Assurance : montée en puissance des filiales africaines à fin 2020

En dépit de la crise sanitaire qui a impacté le chiffre d’affaires global de Wafa Assurance sur l’exercice 2020, les filiales africaines ont enregistré un chiffre d’affaires cumulé en hausse de  6,3%.


Wafa Assurance vient de lever le voile sur ses performances en 2020. L’assureur, comme on pouvait s’y attendre, a subi les effets de la crise sanitaire liée au coronavirus. Ainsi, le chiffre d’affaires global de Wafa Assurance a atteint à fin 2020,  8,3 milliards de DH, en repli de 5,4%. Le top management a souligné que cette baisse est expliquée par le recul de l’activité Vie. Notons que le chiffre d’affaires Vie annuel ressort à 4,3 milliards de DH en recul de 14,2% en raison de la baisse en épargne atténuée par la percée des unités de compte et par la bonne tenue de l’activité prévoyance. De son côté, le chiffre d’affaires Non-vie atteint 4 milliards de DH, en progression de 6,5%. « La bonne dynamique observée en début d’année 2020 a été atténuée par le ralentissement économique engendré par la crise Covid 19 qui met en difficulté des secteurs clients de la compagnie », a expliqué le top management.

Lire aussi|Coronavirus : de nouvelles mesures exceptionnelles au profit de la restauration et d’autres secteurs

Il faut noter qu’à fin 2020, le résultat Net ressort à 404 millions de DH, en baisse de 37,7% par rapport à 2019, impacté par la contreperformance des marchés financiers couplée à la baisse des dividendes distribués par certains émetteurs ainsi que par la montée des impayés. De même, les fonds propres de l’assureur s’élèvent à 5,9 milliards de DH à fin décembre 2020. « Là où nous avons constaté de manière assez nette l’impact de la crise sanitaire, c’est au niveau des impayés. Nous avons en effet enregistré une hausse de nos créances en souffrance de manière assez nette, ce qui, par conséquent, a fait que le coût de dépréciation a fortement augmenté par rapport aux années précédentes », a précisé Ramses Aaroub, PDG du groupe Wafa Assurance, lors de la présentation (visioconférence) des résultats financiers 2020, le 19 mars 2021. Pour lui, le digital a été l’un des principaux enseignements que le groupe a tiré de la crise sanitaire.

« Nous avons remarqué l’imposition du digital, et la nécessité de retravailler les process pour pouvoir être opérationnel efficacement en télétravail et assurer une qualité de services malgré la distance. Cette crise nous oblige à revoir certains échanges physiques. Par exemple, avant la crise sanitaire, la majeure partie des procédure liées à l’assurance maladie était réglée avec des documents physiques et autres papiers à légaliser, et compte tenu de la pandémie, nous avons été amenés à dématérialiser ce process. Il faut qu’on se réinvente pour pouvoir s’adapter à ces différents changements qui vont s’inscrire dans la durée », a-t-il fait observer. Ramses Aaroub a également laissé entendre que Wafa Assurance va s’intéresser dans les mois à venir à la couverture des nouveaux risques émergents liés au télétravail, et auxquels les entreprises doivent désormais faire face.

Lire aussi|50 femmes qui comptent : Amane Fathallah, Directrice de la Marine Marchande

En ce qui concerne les activités en Afrique, on remarque une montée en puissance sur l’exercice 2020. Ainsi, les filiales de Wafa Assurance dans les différents pays de présence ont enregistré un chiffre d’affaires cumulé de 1,17 milliards de DH, en progression de 6,3% et un résultat net cumulé de 82 millions de DH, en hausse de 155,4%. Rappelons qu’outre le Cameroun, le Sénégal, la Tunisie et la Côté d’Ivoire, Wafa Assurance s’est aussi positionnée en Égypte, un marché porteur pour l’assureur. Force est de souligner que les filiales en Afrique contribuent actuellement à hauteur de 12,7% dans le  chiffre d’affaires global du groupe Wafa Assurance. Cette part devrait augmenter dès que la filiale égyptienne sera totalement opérationnelle. « La contribution du marché égyptien à l’horizon du plan stratégique serait significative. L’Égypte devrait être l’un des plus importants moteurs de croissance au niveau de nos filiales », a conclu Ramses Aaroub.

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Ach Waq3 » de MFM Radio

Article suivant

50 femmes qui comptent : Nawal Ghaouti, Avocat au Barreau de Casablanca