Tribune

À lire si vous ne savez pas quoi penser des vaccins COVID19

Vous avez des questionnements sur les vaccins? Leurs efficacités? Leurs effets? Sur les différents processus autour de la création du vaccin? Nous avons déniché cet article partagé sur les réseaux sociaux et nous aimerions le partager avec nos lecteurs afin de répondre à vos différentes questions. Il s’agit d’un papier rédigé par un médecin généraliste français ayant exercé pendant 33 ans, avec une formation scientifique complémentaire sur le médicament. Le but de cet article n’étant pas de créer une propagande ou d’obliger les gens à se vacciner, il vise à répondre aux différents questionnements légitimes de la part des citoyens.


« Si je n’étais pas moi-même médecin, j’avoue que je serais bien en peine de me faire une opinion sur la vaccination COVID19 ! Entre les informations contradictoires et souvent inquiétantes qui circulent sur internet, les conflits d’intérêt des experts, les mensonges des autorités sanitaires et le souvenir de la vaccination contre la grippe A/H1N1 de 2009, il faut vraiment être d’un naturel confiant pour n’avoir aucune doute sur l’intérêt de cette vaccination ! »

N’a-t-on pas commercialisé les vaccins COVID19 trop précipitamment ?

Les vaccins contre le SARS-CoV2 (le virus du COVID19) ont en effet été commercialisés avec une rapidité jamais vue. J’ai moi-même été inquiet face au faible recul sur les vaccins à ARN lors de leur commercialisation. Ils avaient déjà été testés sur des dizaines de milliers de volontaires, mais le recul restait limité à quelques mois. Mon inquiétude à disparu depuis que des centaines de millions de personnes ont reçu les vaccins à ARN (PFIZER et MODERNA) depuis un an sans problème majeur.

En fait, tout est lié à l’urgence : lorsqu’un vaccin combat une maladie infectieuse rare et déjà bien connue, il est nécessaire de prendre son temps, ne serait-ce que parce qu’il est difficile d’évaluer l’efficacité du vaccin du fait de la rareté des sujets infectés. Dans le cas des vaccins COVID19, la fréquence des contaminations a permis de faire en trois mois des études qui nécessitent habituellement deux à cinq ans.
Le grand nombre de sujets inclus dans les études précédant la commercialisation et la fréquence des contaminations a permis de démontrer très vite l’efficacité de ces vaccins et l’absence d’effets indésirables fréquents à court terme. Nous verrons plus loin ce qu’il en est du risque d’effets indésirables très rares ou tardifs.

Lire aussi| Après une vaccination ou une infection, voici votre degré de protection face à la covid-19

Les vaccins anti-COVID19 sont-ils efficaces ?

C’est le sujet sur lequel il existe le moins de doute. Les vaccins à ARN ont montré une efficacité remarquable, divisant en moyenne par 10 le risque de présenter une maladie COVID19 symptomatique, et réduisant quasiment à zéro le risque de faire une forme grave de la maladie. Peu de vaccins ont montré une telle efficacité. À titre de comparaison, le vaccin contre la grippe réduit au maximum de 50% le risque de contracter cette maladie. Pour autant, on ne sait pas à ce jour si la vaccination permet de lutter contre la circulation du virus, et cette incertitude pose vraiment problème.

Le vaccin ASTRA-ZENECA semble un peu moins efficace pour prévenir l’infection COVID19, mais il protège bien contre les formes graves.

Aux USA, moins de 1% des décès COVID sont désormais observés chez des vaccinés, alors que les vaccinés représentent plus de 50% de la population. Si le vaccin était inefficace, on verrait autant de décès chez les vaccinés que chez les non-vaccinés. En Israël, une polémique est née du fait que de nombreux vaccinés sont contaminés par le dernier variant du virus, mais ce n’est pas cela qui compte : ce qui est important, c’est le taux de formes graves, et ces formes graves restent très rares chez les vaccinés.

La seule question qui fait débat concerne la durée de l’immunité conférée par ces vaccins. La réponse est simple : personne ne le sait ! Pour ce qui est des virus ayant muté (les variants), aucun pour l’instant ne résiste vraiment à l’immunité induite par la vaccination (y compris le variant delta), mais personne ne peut dire combien de temps cela va durer ! Il n’est pas du tout exclu que la protection conférée par le vaccin nécessite un ou plusieurs rappels, comme c’est le cas pour d’autres maladies virales.

Enfin, une dernière question reste sans réponse pour l’instant : le vaccin empêche-t-il la transmission du virus chez les sujets qui portent des virus malgré leur vaccination ? Je pense qu’on le saura bientôt, en espérant que la réponse soit positive, ce qui est quand même très probable.

Pourquoi ne pas laisser faire l’immunité naturelle ?

Cette question qui hérisse beaucoup de mes confrères n’est pas absurde. En effet, la maladie ne tue qu’une fois sur mille, ce qui est très peu pour une épidémie. De plus, la majorité des victimes sont fragiles ou âgées et les opposants au vaccin font remarquer que leur espérance de vie ne sera que peu modifiée si elles décèdent du COVID19, car elles seraient mortes de vieillesse ou d’autres maladies peu de temps après.

On aurait pu ne rien faire, comme ces sociétés primitives qui laissent mourir dans la forêt leurs handicapés et leurs vieux. On aurait pu laisser exploser les hôpitaux et les pompes funèbres, entasser les cadavres dans des chambres froides en attendant de pouvoir les enterrer. C’est un choix de société. Si c’est le vôtre, c’est votre droit. Ce n’est pas le mien, mais surtout, le problème est qu’il est difficile de l’imposer aux autres, surtout aux victimes potentielles.

D’aucuns répondent que les jeunes ont un risque infime de faire une forme grave et que les vacciner est sans intérêt. Ce serait vrai si ces jeunes ne fréquentaient aucun adulte. En pratique, c’est plutôt rare. Un jeune infecté par le SARS-CoV2 est un cheval de Troie pour le virus qui pourra ainsi contaminer le reste de sa famille. Il faut aussi prendre un compte un risque qui existe chez les jeunes : celui de « COVID long ». On ne meurt pas de la maladie, mais on met des mois à s’en remettre, c’est une épreuve qui laisse des traces et parfois même un handicap définitif.

Une autre option proposée serait de ne vacciner que les plus de 40 ans, pour les protéger individuellement, et laisser les jeunes se contaminer naturellement. Cela peut paraître logique, mais ça ne l’est pas forcément : la circulation du virus pourrait être favorisée, favorisant la diffusion de variants de plus en plus résistants au vaccin. De plus, et ce n’est pas de chance, les personnes âgées sont à la fois les plus fragiles face à la maladie, et la population sur laquelle le vaccin « prend » le plus mal. Même vaccinés, ces sujets âgés risqueraient de mourir si le virus continuait à circuler chez les jeunes. Pour autant, la décision de vacciner les adolescents n’est pas évidente. Les obliger à se vacciner pour avoir une vie sociale me paraît un sujet de débat plus qu’une évidence. 

Les vaccins anti-COVID19 sont-ils dangereux à court terme ?

De nombreux évènements graves ont été signalés chez des personnes ayant reçu ces vaccins, mais pour qualifier ces évènements d’effets secondaires du vaccin, il faut pouvoir « imputer » cet évènement au vaccin : faire le lien de cause à effet avec l’injection. Deux éléments principaux permettent de faire ce lien :
- Soit un mécanisme identifié : il est évident qu’une réaction douloureuse au point d’injection est très probablement due au vaccin.
- Soit une fréquence anormalement élevée d’évènements chez les vaccinés par rapport à ceux survenant « normalement » chez des sujets non vaccinés.
Exemple : On constate 6 décès et 12 infarctus dans la semaine suivant l’injection chez 10000 sujets vaccinés de plus de 85 ans. Or, dans une population identique non vaccinée, il survient 7 décès et 10 infarctus. Il est alors impossible de dire que ces 6 décès ou ces 12 infarctus sont des conséquences du vaccin, puisque leur fréquence de survenue n’est pas significativement modifiée chez les vaccinés par rapport aux non-vaccinés.

C’est ce type de comparaison qui a permis de découvrir que le vaccin ASTRA-ZENECA augmente de façon certaine le risque de thrombose cérébrale. Cette complication touche environ une personne vaccinée sur 100 000. C’est très peu, mais nettement plus que chez des sujets du même âge non vaccinés. Autant l’usage de ce vaccin pouvait paraître pertinent en période de pénurie de vaccins ARN, autant il est probable qu’il sera retiré du marché lorsque les quantités de vaccin ARN produites seront suffisantes pour vacciner tout ceux qui le souhaiteront.

Les vaccins à ARN (MODERNA, COMIRNATY), déjà utilisés chez des centaines de millions de sujets, sont à l’origine de fréquentes réactions douloureuses au point d’injection, de maux de tête, de douleurs musculaires, de « coups de fatigue » passagers, voire, beaucoup plus rarement, d’un état de faiblesse pouvant durer une semaine. Fréquent ne veut pas dire automatique. Beaucoup de vaccinés n’ont ressenti aucun symptôme. Des cas de myocardites et péricardites nécessitant une hospitalisation ont été observés à une fréquence anormalement élevée chez de jeunes vaccinés. Cela ne touche qu’un vacciné sur 100000, mais comme cela concerne surtout des sujets jeunes (moins de 40 ans) qui n’ont accès à la vaccination que depuis peu de temps, la fréquence de ces accidents pourrait augmenter. Cette fréquence est actuellement faible et ces problèmes cardiaques guérissent sans séquelles 4 fois sur 5, mais c’est un argument pour ceux qui s’opposent à la vaccination systématique des sujets les plus jeunes, même si le rapport bénéfice risque du vaccin reste favorable chez les jeunes adultes.

Que sait-on des risques à long terme des vaccins ARN ?

La réalité est que nous n’avons aucune certitude, et que nous n’en aurons pas avant plusieurs années.

La problématique autour des effets secondaires (des médicaments en général) est délicate.
On peut les classer en trois catégories :
- les effets secondaires survenant à court terme touchant au moins une personne sur mille : ils sont facilement détectés dans les études précédant la commercialisation.
- les effets secondaires rares touchant moins d’une personne sur dix mille. Ils sont rarement détectés dans les études avant commercialisation, mais se révèlent plus tard, lors d’un usage massif du médicament. C’est le cas pour le risque de thrombose cérébrale avec le vaccin ASTRA-ZENECA ou myocardite avec les vaccins ARN.
Pour mémoire, le vaccin contre la grippe A/H1N1 de 2009 a provoqué avec certitude de très rares cas de narcolepsie constatés après plus de 6 mois de vaccination intensive de la population européenne. De même, l’impact délétère du vaccin contre la dengue chez les enfants qui n’avaient jamais eu cette maladie a été détecté dès les études précédant sa commercialisation.
- Les effets secondaires tardifs, survenant longtemps après l’utilisation d’un médicament, et donc indétectables dans les études avant commercialisation ni dans les mois ou parfois les années suivant leur usage généralisé. L’exemple le plus connu est l’effet délétère du DISTILBENE sur la fertilité des filles de mères traitées par ce médicament pendant leur grossesse. ll a fallu une génération pour s’en rendre compte. Heureusement, à ce jour, aucun vaccin n’a été responsable d’effets secondaires tardifs, ce qui ne veut pas dire que c’est impossible.

En fait, la question que nous devons nous poser est la suivante : « le risque (hypothétique) d’effets secondaires tardifs graves justifie-t-il de renoncer au vaccin ou de retarder sa vaccination si l’on croit à son efficacité ?« . Et pour moi la réponse est simple : c’est non. Un tel effet indésirable tardif pour un vaccin n’a jamais été observé [2].

La probabilité d’effets indésirables tardifs pour les nouveaux vaccins à ARN n’est pas nulle, mais elle est proche de zéro. Vous devez donc mettre en balance deux risques :
- Celui de présenter dans quelques années un effet indésirable grave encore inconnu en vous vaccinant.
- Celui de faire un COVID grave, un covid long, une forme mortelle, ou de contaminer une personne fragile qui vous est chère.
Dans l’état actuel de nos connaissances, le deuxième risque est 100 à 1000 fois plus probable que le premier.

Lire aussi |Coronavirus. Une personne non vaccinée a 12 fois plus de risque de transmettre le Covid-19 qu’une personne vaccinée [Étude]

J’ai fait une prise de sang et j’ai des anticorps, pourquoi me vacciner ?

La présence d’anticorps anti SARS-CoV2 dans une prise de sang signifie que vous avez déjà été infecté par le virus. Attention : leur absence ne signifie pas que vous n’avez pas été infecté, car l’immunité contre cette infection fait appel en grande partie à des lymphocytes T (globules blancs « tueurs ») qui ne sont pas dosables par prise de sang.

Même si vous avez un taux élevé d’anticorps, ce n’est pas une contre-indication à vous faire vacciner, car les anticorps induits par le vaccin sont différents et complémentaires de ceux induits par la maladie. Donc, dans le pire des cas, vous aurez une réaction un peu plus forte au vaccin, mais il est très probable que vous serez mieux protégé en vous vaccinant (avec une seule injection si on a la preuve que vous avez déjà eu le COVID19).

Il existe de nombreux cas prouvés de personnes ayant fait deux fois le COVID19 à quelques mois d’intervalle.

Est-il vrai que l’on a plus de risque d’avoir le COVID19 juste après avoir été vacciné ?

l y a un fond de vrai dans cette affirmation. Lorsque nous sommes contaminés ou vaccinés, nous fabriquons des anticorps, c’est un des principes de l’immunité. Mais il existe un phénomène troublant : celui des « anticorps facilitants » qui ne protègent pas, bien au contraire, mais accélèrent la diffusion de l’infection ! Ils apparaissent brièvement après certaines infections.

C’est peut-être une des raisons pour lesquelles des sujets exposés à des contaminations rapprochées font des formes plus graves de la maladie car ils se réinfectent pendant qu’ils fabriquent encore des anticorps facilitants (ce serait le cas des soignants chinois en début d’épidémie, qui n’avaient que des masques chirurgicaux peu protecteurs).

Un effet « anticorps facilitants » du même type pourrait sembler plausible avec les vaccins COVID19, mais en pratique, les études avant commercialisation montrent que cela n’arrive pas. Si le problème existait avec les vaccins COVID19 on constaterait dans les jours suivant la vaccination une augmentation du nombre de malades chez les vaccinés par rapport aux non-vaccinés. Ce n’est pas le cas, l’efficacité du vaccin apparaît dès le dixième jour après l’injection avec une réduction spectaculaire du nombre de contaminations chez ceux qui ont reçu le vrai vaccin. Donc, vous pouvez toujours vous isoler dans les jours qui suivent les injections si vous le souhaitez, mais absolument rien ne prouve que cette précaution soit nécessaire.

Lire aussi |Vaccination. Pfizer va demander l’autorisation pour une 3ème dose de son vaccin anti-covid

J’ai peur de me faire vacciner car j’ai déjà eu de mauvaises réactions à certains vaccins.

Je comprends très bien cette peur, mais une mauvaise réaction avec un autre vaccin ne présume pas de votre réaction face aux nouveaux vaccins, d’autant que les vaccins ARN ne contiennent pas d’aluminium, souvent mis en cause dans les réactions aux vaccins traditionnels. Personne de sérieux ne dit que la vaccination ne pose aucun problème, mais tous les gens sérieux disent à juste titre que les réactions possibles après vaccination ne peuvent être comparées à la violence du COVID19 symptomatique, même sans parler des formes graves.

La vaccination ne sert qu’à enrichir les labos !

C’est vrai et faux à la fois. C’est vrai que les laboratoires pharmaceutiques ne sont pas des sociétés philanthropiques et qu’elles cherchent avant tout (quoi qu’elles en disent) a rémunérer leurs actionnaires. Les laboratoires ayant produit des vaccins efficaces vont gagner beaucoup d’argent avec la vente de ces vaccins. Mais ce que beaucoup de gens ne savent pas, c’est que pour les gros laboratoires, le chiffre d’affaire de ces vaccins représente peu de choses par rapport à celui des autres médicaments : ceux qui traitent les maladies chroniques.

Le « bon médicament », pour un laboratoire, c’est celui que des millions de malades prennent tous les jours, pendant des années, pour une maladie qui ne guérit pas et qui ne tue pas trop vite ! Ce sont les médicaments du diabète, de l’hypertension, de l’excès de cholestérol, de l’arthrose etc.

Le vaccin contient-il des nanoparticules dangereuses, des toxines ou des métaux lourds ?

On rentre dans le domaine de la pure légende. Non, les vaccins et notamment les vaccins à ARN ne risquent pas de vous intoxiquer. Ceux qui l’affirment sont des manipulateurs dangereux. Les images de téléphones ou d’aimants qui restent collés sur l’épaule des vaccinés sont des fakes.

En fait, en est encore dans le « vrai-faux » : par exemple, de nombreuses eaux minérales et eaux de source du commerce contiennent des taux infimes d’arsenic, car ce produit est naturellement présent dans l’environnement. Le taux est tellement faible que l’on parle de « traces ». Ces eaux n’ont bien sûr aucune toxicité car les traces d’arsenic sont trop faibles pour avoir un quelconque effet sur notre organisme. Il en est de même sur les légendes qui entourent la présence de métaux lourds ou de toxines dans les vaccins.

Lire aussi |Covid-19. Le ministère de la Santé stoppe la commercialisation de l’autotest salivaire Covid-19 « Made in Morocco »

Voici donc les principaux éléments qui pourraient éclairer votre réflexion. On espère avoir pu faciliter votre choix et soulager l’angoisse de beaucoup de citoyens, dont ceux qui vont se vacciner faute de pouvoir faire autrement, en craignant beaucoup pour les conséquences de cette vaccination.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Pegasus : le Royaume ouvre une enquête judiciaire

Article suivant

Intelligence Sanitaire. Sa Majesté le Roi Mohammed VI fait du Maroc le principal leader régional et africain [Par Mehdi Hijaouy]