International

Investissements espagnols au Maroc. Le Premier ministre espagnol épinglé pour une fake news

Le site espagnol Newtral, spécialisé dans le fact checking, vient d’infliger un camouflet à Pedro Sánchez. Au Premier ministre espagnol qui a affirmé dans une interview accordée le 13 juillet à Telecinco que l’Espagne est le « principal investisseur au Maroc », le site a apposé un article informant les internautes que les affirmations de Pedro Sánchez étaient tout bonnement fausses.


L’arroseur arrosé… Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez s’est fait épingler par le site espagnol Newtral, spécialisé dans le fact checking, pour diffusion de fausses informations. Celui-ci avait affirmé dans une interview accordée à la chaîne Telecinco que l’Espagne est le « principal investisseur au Maroc ». Cette déclaration du Premier ministre espagnol s’est alors vu gratifier d’un cinglant démenti renvoyant vers un article de fact-checking qui démonte ses dires à travers des chiffres et statistiques.

Selon Newtral, tout est parti d’une question de la journaliste Pedro Piqueras qui a demandé à Pedro Sánchez si le limogeage de la ministre des Affaires étrangères Arancha González-Laya était un geste pour normaliser les relations avec le Maroc. Dans sa réponse, Sánchez a salué le dynamisme des relations commerciales de l’Espagne avec le Maroc et a assuré : « Nous ne devons jamais oublier que l’Espagne est le principal investisseur étranger au Maroc et que nous avons donc des intérêts économiques très importants ».

Cependant, d’après Newtral, bien que l’Espagne soit l’un des principaux investisseurs, les données ne sont pas correctes. Selon les statistiques provisoires de l’Office des changes du Maroc, la France occupe la première place du classement des investisseurs dans le pays voisin au premier trimestre 2021.

Lire aussi | Maroc-Espagne. Plus de 250 intellectuels poussent vers un rapprochement

En 2020, ajoute le site, l’Espagne occupait la deuxième place et au premier trimestre 2021, elle n’était que huitième, derrière d’autres pays comme les Pays-Bas, l’Irlande, le Luxembourg, la Belgique, les Émirats arabes unis, ou encore Maurice. Depuis 2007 et selon les données disponibles sur le site de l’Office des changes du Maroc, l’Espagne n’a à aucun moment occupé la première place. Bien qu’elle soit arrivée à prendre en 2020 la deuxième place, comme l’a indiqué l’Institut de commerce et investissements espagnols (ICEX) dans un communiqué de presse, en se basant sur les données de l’Office des changes.

Et le site espagnol spécialisé dans le fact checking de rappeler que l’Office Commercial d’Espagne au Maroc, dépendant de l’ICEX, collecte également les chiffres des flux d’investissement dans ce pays voisin avec les mêmes données. Pourtant, cela n’a pas empêché l’équipe de presse du secrétaire d’État à la Communication de souligner que le Premier ministre faisait référence aux chiffres de l’ICEX, fait savoir le site.

L’Espagne principal partenaire commercial du Maroc

Selon Newtral qui se base sur les données 2019 de l’Office des changes, l’Union européenne était le premier fournisseur du Maroc (53,1% des importations) et le premier client (66,7% des exportations). Au sein de l’UE, l’Espagne est le premier partenaire commercial du Maroc, et « ces dernières années, elle a renforcé cette position de leader ».

Lire aussi | Qui est José Manuel Albares, le nouveau fer de lance de la diplomatie espagnole ?

« D’après Eurostat, si l’Espagne représentait 31 % des exportations totales de l’UE vers le Maroc en 2012, ce pourcentage a augmenté de manière linéaire pour atteindre 35,3 % en 2019. En 2012, l’Espagne représentait déjà 32,8 % des importations totales de l’UE en provenance du Maroc et ce chiffre atteint 40,5% en 2019 ». Ces chiffres sont également collectés par la Confédération générale des entreprises marocaines (CGEM), note le cite qui précise que ces données apparaissent aussi dans DataComex, l’outil officiel sur le commerce extérieur en Espagne.

Mais le statut de partenaire commercial est totalement différent de celui d’investisseur, martèle le site spécialisé dans le fact checking qui a interrogé Haizam Amirah Fernández, chercheur principal pour la Méditerranée et le monde arabe à l’Institut royal Elcano, sur la question. Selon ce dernier, le premier fait référence au commerce entre les deux pays mesuré en termes d’importation et d’exportation. Ce qui veut dire que « l’Espagne est le principal partenaire commercial depuis 2014 ». La seconde fait référence à ce que les pays étrangers investissent sur un territoire, par exemple en créant leurs entreprises.

Lire aussi | Maroc. L’Algérie rappelle son ambassadeur pour consultation

Ainsi, il est possible qu’au cours d’une année donnée, un pays réalise une grande opération et arrive en tête du classement des investissements. C’est arrivé avec l’Irlande en 2018. « Cette année-là, un fonds sud-africain basé en Irlande a acquis la compagnie d’assurance marocaine Saham pour 1 milliard de dollars américains », ajoute cet expert. L’Espagne était également en tête de cette liste en 1999, année où « Telefonica a obtenu la deuxième licence de téléphonie mobile marocaine, Meditel ».

Globalement, la France est en tête du classement des investissements au Maroc, à l’exception de 2015 (Emirats Arabes Unis) et 2018 (Irlande). Ce leadership de la France s’explique par les liens historiques : le Maroc était un protectorat français, les intérêts et relations politiques et diplomatiques et la question linguistique, font le reste : « Au Maroc, le monde des affaires est francophone », indique Amirah Fernández. En résumé et après avoir pris connaissance des derniers chiffres de l’Office marocain des changes, auxquels l’ICEX fait également référence, l’Espagne n’est pas le principal investisseur au Maroc, écrit le site espagnol.

Lire aussi | Israël. Le ministre des Affaires étrangères en visite au Maroc pour inaugurer l’ambassade

Bien que le Premier ministre ne précise pas de date dans sa déclaration, l’Espagne n’a jamais occupé la première position des investisseurs au cours de ces 13 dernières années. En 2020, elle était deuxième et selon les dernières données, elle est à la huitième place. L’Espagne est le principal partenaire commercial du Maroc, mais il s’agit de concepts différents. Par conséquent, nous considérons que la déclaration est fausse, conclut lesite espagnol newtral, spécialisé dans le fact checking.

 
Article précédent

Covid-19. Le ministère de la Santé stoppe la commercialisation de l’autotest salivaire Covid-19 « Made in Morocco »

Article suivant

Hamid Bentahar élu haut la main à la tête de la Confédération nationale du tourisme