Géopolitique

L’Allemagne veut pousser l’Union Européenne à tourner le dos au Maroc

L’Union Européenne favoriserait-elle l’hégémonie du Maroc sur les pays du Maghreb ? En tous cas, pour l’Allemagne tel est le cas. En effet, une note confidentielle de l’Institut allemand des affaires internationales et de sécurité vient de fuiter. Et selon le journal en ligne français, Atlantico.fr, qui rapporte l’information dans l’une de ses récentes publications, l’Institut appelle les autorités allemandes à mettre la pression sur l’Union Européenne pour qu’elle revoir ses positions concernant le Maroc.


Cette note dit en substance qu’« il faut arrêter le Maroc dans ses tentations hégémoniques sur les pays du Maghreb et notamment cesser d’aider la croissance et le développement économique du Maroc, qui freine ainsi l’émergence de l’Algérie et de la Tunisie ». Ce rapport de la StiftungWissenschaftundPolitik, publié par Isabelle Werenfels, senior flow de la division Moyen-Orient et Afrique, est  intitulé « Rivalités maghrébines sur l’Afrique subsaharienne : l’Algérie et la Tunisie cherchent à suivre les pas du Maroc ».

Atlantico.fr fait remarquer qu’il s’agit  d’une étude non officielle qui a toutes les formes d’une note d’orientation politique à l’adresse des autorités allemandes, au moment où les rapports entre Rabat et Berlin ne sont pas au beau fixe depuis plusieurs mois maintenant.

Lire aussi | Couvre-feu nocturne. Le pass vaccinal n’est valable que de 4h30 à 23 heures

« En bref, cette note observe que le Maroc avance à un rythme qui laisse derrière lui ses deux voisins, l’Algérie et la Tunisie. Alors que la Tunisie tombe dans l’oubli et l’insignifiance, l’Algérie tente de surmonter ses difficultés et de rattraper le Maroc qui ferait tout pour entraver ses progrès », souligne atlantico.fr, ajoutant que selon Isabelle Werenfels, cette situation représente un déséquilibre, d’autant que les pays européens tentent de travailler avec les pays du Maghreb individuellement.

Isabelle Werenfels  recommande alors une coopération triangulaire avec l’ensemble des pays du Maghreb pour équilibrer les choses, pour ainsi contrecarrer le sentiment d’inutilité croissante de l’Algérie, de renforcer l’économie tunisienne, et relativiser les ambitions hégémoniques du Maroc et ainsi atténuer la dynamique négative de la rivalité.

« Pour beaucoup d’observateurs, cette note n’a pas été rendue publique par hasard. Elle tombe dans un climat de tensions politiques et diplomatiques entre l‘Allemagne et le Maroc sur fond de rivalités subsahariennes, mais elle tombe aussi à un moment où le Maroc est soupçonné d’avoir utilisé le fameux logiciel israélien qui lui aurait permis de mettre sur écoute les téléphones portables de beaucoup de personnalités européennes et notamment françaises, dont le président de la République », souligne atlantico.fr.

Lire aussi | Maghreb-Afrique subsaharienne. Les hypothèses injustifiées de certains think tanks allemands [Par Lahcen Haddad]

Le portail en ligne français estime que ce contexte va obliger la France et l’ensemble de l’Union européenne à clarifier leurs relations avec les pays de l’Afrique du Nord et à remettre à plat les rapports économiques et migratoires. « Un dossier que la France trouvera en arrivant à la présidence de l’Union européenne au début de l’année prochaine, alors que la campagne pour la présidentielle sera déjà bien engagée et que l’Allemagne, elle, aura déjà changé de gouvernance », conclut atlantico.fr.

 
Article précédent

Cap Excellence. 9 conventions signées pour la réalisation du projet

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc. 2205 nouveaux cas, 581.477 au total ce lundi 26 juillet 2021 à 16 heures