Transport aérien

Relance post Covid-19 : la RAM parachève son plan de restructuration financière

Trois mois après avoir bouclé une augmentation de capital de 3,2 milliards de dirhams bouclée en un temps record, la RAM finalise sa restructuration financière face à la grave crise sanitaire et économique qui l’a ébranlé.


En effet, le transporteur aérien public marocain qui avait renoué avec les bénéfices entre 2015 et 2019 avant de voir son résultat net plonger dramatiquement à cause de la crise inédite du Covid-19, vient de nettoyer son passif lesté par des pertes abyssales totalisant quelques 6,35 milliards de dirhams (dont 3,5 milliards de dirhams au titre du seul exercice clos le 31 octobre 2020 et près de 3 milliards de dirhams remontant à la période antérieure à l’année 2014).

Mais avant de le faire par l’entremise d’une réduction de capital ayant ramené celui-ci de 8,6 milliards de dirhams à 2,2 milliards de dirhams, le groupe présidé par Abdelhamid Addou a dû procéder à une deuxième recapitalisation en l’espace de quelques semaines de l’ordre de 1,65 milliard de dirhams (de 6,9 milliards de dirhams à 8,6 milliards de dirhams) mais cette fois-ci par seule incorporation de réserves.

Lire aussi | Populations non bancarisées : le Maroc en tête de liste

Grâce à cette double opération, le premier transporteur aérien en Afrique du Nord assainit ses comptes alors que les négociations avec les banques sont en phase finale pour l’obtention d’un concours de nouveaux crédits bancaires garantis par l’Etat, pour un montant de 2,4 milliards de dirhams. Un financement qui fait partie, avec la recapitalisation de novembre dernier, du plan de sauvetage de la RAM consigné dans une convention conclue, l’été 2020, entre l’entreprise publique en difficulté et ses principaux actionnaires que sont l’Etat et le Fonds Hassan II. En contrepartie de l’apport de ces derniers, le management de RAM avait pris l’engagement d’opérer une cure d’amaigrissement en lançant un plan d’austérité drastique qui comprend la cession de plusieurs appareils et un plan de départ volontariste. Un plan qui a permis d’économiser plus d’un milliard de dirhams de dépenses prévues en 2020.

Rappelons que la crise du Covid-19 qui a déjà rayé de la carte, à ce jour, une quarantaine de compagnies de transport aérien à travers le monde, a infligé à la RAM une division de ses revenus par plus de trois (en passant de 16 milliards de dirhams en 2019 à seulement 5 milliards de dirhams en 2020). Un niveau qui fait revenir le groupe public plus de 20 ans en arrière et ce, sans grande visibilité sur l’année en cours qui s’avère aussi des plus compliquées.  

Lire aussi | Aéronautique : l’Américain Spirit Aerosystems nourrit de grandes ambitions pour le marché marocain

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 507 nouveaux cas, 509.972 au total, mardi 27 avril 2021 à 16 heures

Article suivant

Dotation touristique supplémentaire : voici comment ça fonctionne