Mines

Le britannique Emmerson attend le feu vert de la Commission Régionale Unifiée de l’Investissement pour lancer son projet au Maroc

Depuis l’octroi en 2021 d’un permis minier, puis la désignation en février 2023 de quatre banques dont Bank Of Africa et la Banque centrale populaire, pour mobiliser les financements de 310 millions de dollars nécessaires au développement de son projet intégré d’usine de potasse à Khemisset, le britannique Emmerson attend l’approbation de son étude d’impact environnemental (ESIA) par la Commission Régionale Unifiée de l’Investissement (CRUI) pour enfin commencer les travaux de construction de son unité industrielle.

Emmerson redemande un permis environnemental pour exploiter la potasse à Khemisset. Le britannique a fourni une mise à jour des activités de son projet de potasse Khemisset, détenu à 100 % dans le nord du Maroc, au cours du deuxième trimestre 2024. La mise à jour de l’étude d’impact environnemental et social est actuellement examinée par la Commission régionale unifiée d’investissement du Maroc, connue sous le nom de CRUI. C’est ce que vient de déclarer son directeur général Graham Clarke.

« Après avoir appris à la fin du premier trimestre que notre demande de recours pour l’approbation environnementale avait été maintenue et qu’elle serait renvoyée à la Commission Régionale Unifiée de l’Investissement (CRUI) pour réexamen, nous avons été ravis de mettre à jour notre ESIA pour montrer les améliorations significatives apportées par les optimisations de KMP en plus des optimisations de conception antérieures. Les références environnementales globales du projet sont maintenant encore plus solides et, avec les données économiques convaincantes de la mise à jour du KMP, nous devrions pouvoir obtenir les approbations nécessaires et faire avancer le projet rapidement », a-t-il expliqué dans la mise à jour opérationnelle publiée le 5 juillet par la compagnie.

Lire aussi | Cannabis légal. Promamec d’Abdelillah Lahlou met la main sur deux entreprises allemandes

Il faut dire que l’approbation de l’ESIA par la Commission Régionale Unifiée de l’Investissement est primordiale pour poursuivre le développement de Khemisset. Emmerson veut en faire l’une des plus grandes mines de potasse d’Afrique, avec une production annuelle de 782 000 tonnes sur 19 ans. 

Pour concrétiser ce potentiel, un investissement de 525 millions de dollars est nécessaire, selon une étude de faisabilité actualisée publiée en février 2024.

Lire aussi | Un Marocain à la tête de Free au Sénégal, deuxième opérateur télécom du pays

Pour rappel, le projet représente la première unité de production de potasse en Afrique et renforcera la position du Maroc en tant que hub régional en industrie de fertilisants. La potasse est un élément devenu essentiel face à la pénurie alimentaire mondiale car elle est l’un des trois nutriments clés nécessaires pour fertiliser les cultures et nourrir les populations. Selon les experts mondiaux, les engrais à base de potasse seront indispensables pour répondre aux besoins des exploitations agricoles afin de suivre la croissance démographique mondiale censée atteindre les 9 milliards d’ici 2050.

 
Article précédent

Cannabis légal. Promamec d’Abdelillah Lahlou met la main sur deux entreprises allemandes

Article suivant

Ceci est l'article le plus récent.