Santé

Paracétamol: À consommer avec modération

Au Maroc, le paracétamol est l’un des médicaments les plus consommés. À la maison, les familles ont toujours un stock de cet « antidouleur miracle ». Cependant, cette panacée cache bien un revers donnant des sueurs froides…

Aujourd’hui, le paracétamol est devenu la panacée miracle contre la douleur. Dans la plupart des familles, plusieurs médicaments à base de cette molécule sont stockés dans les boîtes à pharmacie. Maux de tête, douleurs musculaires, grippe, ce médicament est devenu la référence de l’automédication. Ils sont nombreux ceux qui prennent ces médicaments contenant du paracétamol sans consigne médicale. Que ce soit chez un ami ou en famille, dès qu’on a mal à la tête, on prend du paracétamol.

Bien que soulageant pour la douleur, cette molécule a une facette assez sombre. « Dépasser les doses autorisées de façon régulière se révèle particulièrement toxique pour le foie », alertait une étude publiée dans le British Journal of Clinical Pharmacology. Intitulée « Effets indésirables à long terme du paracétamol », cette étude constate que ces surdosages réguliers sont plus dangereux pour les personnes que l’intoxication massive en une seule fois, notamment en raison d’une arrivée trop tardive à l’hôpital.

Lire aussi | SAMU: Le ministère de la Santé mobilise 30 millions DH pour la location d’avions

« Parmi les cas de toxicité liés à des surdosages non intentionnels, 35% sont liés à la prise concomitante de deux ou plusieurs préparations à base de paracétamol », révèle l’étude. En effet, ont émergé ces dernières années pour le traitement des douleurs modérées à sévères, de nombreuses préparations combinées associant paracétamol et opiacés.

La principale explication à ces surdosages vient simplement du manque d’information et de reconnaissance par le patient de la présence de paracétamol dans les médicaments prescrits. « Dans tous les cas d’hépatopathies, qu’elles soient chroniques ou aiguës, avancées au stade de cirrhose ou non, la prise de paracétamol est risquée et doit faire l’objet d’une vigilance particulière de la part du prescripteur. »

Lire aussi | CIM Santé acquiert 3 nouvelles cliniques au Maroc

Parmi les tout premiers produits vendus dans les 11 200 pharmacies d’officine du pays, le leader du marché, réalise un chiffre d’affaires de 290 millions de dirhams. Cet antalgique est le numéro un du top des ventes. Cela confirme la popularité de ce produit, qui soigne les bobos associés à la grippe, connus de tous les Marocains, d’autant plus qu’ils peuvent se le procurer sans ordonnance. En 2023, il s’est écoulé 32,1 millions de boîtes de ce médicament.

« Aujourd’hui, il y a une véritable nécessité de sensibiliser les familles sur les dangers que représente le paracétamol sur la santé en cas de surdosage. La dose par jour est de 60 mg, au-delà on s’expose à des risques d’hépatite sévère », nous confie Saïd Afif, président de la Fédération nationale de la santé. Et d’ajouter : « À ce jour, nous travaillons en étroite collaboration avec la Direction des médicaments pour sensibiliser sur la prise de ces médicaments sans avis médical ainsi que sur leurs externalités négatives sur la santé ».

 
Article précédent

Le 1er Mai a-t-il encore un sens ?

Article suivant

Ceci est l'article le plus récent.