Capital-investissement

Capital investissement : Un montant record de plus de 3 milliards DH en 2023

L’Association Marocaine des Investisseurs en Capital (AMIC) a dévoilé lors d’une conférence de presse le Rapport d’Activité 2023 des acteurs marocains du capital investissement.

Réalisée pour la 16ème année consécutive par le Cabinet Grant Thornton sous la supervision de la Commission Études & Statistiques de l’AMIC, cette étude présente un panorama complet du secteur pour l’année écoulée.

En 2023, les capitaux levés ont atteint un montant record de 3 009 millions de dirhams (MMAD). Entre 2018 et 2023, les levées de fonds cumulées se sont élevées à 9 879 MMAD, soit plus du double des fonds levés entre 2012 et 2017. Les fonds transrégionaux représentent 78% des levées pour le Maroc depuis 2012, préférant des formes juridiques étrangères pour des raisons de change et de fiscalité. En revanche, les fonds locaux, représentant 22% sur la même période, privilégient les véhicules juridiques marocains, notamment sous forme d’OPCC.

Lire aussi | Le fonds d’investissement Colombus 1 entre dans le capital d’ERISER

Les organismes de développement internationaux et les banques/sociétés de gestion d’actifs ont contribué pour près de 70% aux levées de fonds entre 2018 et 2023. La participation des investisseurs marocains a notablement augmenté, passant de 25% sur la période 2012-2016 à 45% entre 2018 et 2023.

En 2023, les investissements ont également atteint un record de 2 542 MMAD, réalisés par 12 sociétés de gestion. Ces investissements ont concerné 25 nouvelles entreprises et 16 réinvestissements. Le secteur des services est particulièrement en hausse, représentant 41% des investissements entre 2018 et 2023, contre 18% entre 2000 et 2005. La santé et l’éducation ont également connu une forte croissance.

Lire aussi | « Capital Croissance », nouveau fonds d’investissement de BMCE Capital Investments

Régionalement, 74% des investissements ont été réalisés dans la région de Casablanca-Settat, suivie par Rabat-Salé-Kenitra (10%), Fès-Meknès (5%), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (4%), et les autres régions (7%).

Les investissements en capital amorçage et risque représentent 36% des investissements en nombre et 7% en valeur à fin 2023, une augmentation notable par rapport aux périodes précédentes. Le nombre de transactions de moins de 20 MMAD a augmenté grâce aux fonds dédiés à l’innovation et aux startups. La taille des fonds a permis de doubler les tickets moyens d’investissements pour le développement et la transmission, passant de 52 MMAD entre 2012-2017 à 117 MMAD entre 2018-2023.

En 2023, 12 actes de désinvestissement ont été enregistrés pour un total de 1 012 MMAD. Sur la période 2018-2023, les désinvestissements ont atteint 4,622 milliards de dirhams, bien plus que les 1,983 milliards de dirhams enregistrés entre 2012 et 2017. À fin 2023, 161 actes de désinvestissement ont été réalisés. Les sorties sur le marché secondaire représentent 36% des montants désinvestis, suivies des sorties auprès des industriels (25%) et du management/actionnaires historiques (20%).

Lire aussi | Dr Rochdi Talib s’apprête à solliciter le marché pour l’augmentation de capital d’1 milliard de DH d’Akdital

Le taux de rendement interne (TRI) brut moyen calculé sur 111 cessions effectives est de 12% pour la période 2000-2023. Le multiple global du secteur est de 1,9, avec des variations selon les types d’investissements : 1,4 pour l’amorçage/risque, 2,1 pour le développement et 1,8 pour la transmission. La durée moyenne de détention des participations est de 5,8 ans. Les secteurs de la santé, des services et de la construction affichent les TRI les plus élevés avec respectivement 24%, 15% et 14%.

 
Article précédent

Chirurgie : ONCORAD dévoile son nouveau robot high-tech

Article suivant

Ceci est l'article le plus récent.