Faits divers

France. Le mari de la vice-consule du Maroc à Dijon arrêté

Il a été arrêté en état d’ébriété par la police dans un restaurant pour avoir semé le trouble. Au commissariat, il sera relâché après avoir présenté son passeport diplomatique, mais il reste passible d’une éventuelle poursuite judiciaire.

Dans la soirée du samedi 21 janvier, dans le centre-ville de Dole à Dijon, un homme se présente dans un restaurant et demande au gérant de l’aider à regonfler les pneus de sa voiture, rapporte le quotidien français Le Progrès. Le client se serait comporté de manière inappropriée étant en état d’ébriété apparente.

« Cet homme s’est présenté à l’accueil, manifestement en état d’ébriété, pour demander de l’aide pour son véhicule, dont les pneus étaient dégonflés, disait-il. Il parlait très mal français. Il a demandé à notre hôtesse un cure-dent pour changer la puce de son portable, car il n’arrivait pas à joindre sa femme », a indiqué le responsable du restaurant. Celui-ci appelle la police qui intervient rapidement et procède immédiatement à l’arrestation du client.

Lire aussi | Ammor : « Le Maroc a récupéré près de 84% des touristes en 2022 »

« C’est véritablement au commissariat que le différend s’est envenimée », avant que la police découvre que le prévenu est le mari de la vice-consule du Maroc à Dijon et possède ainsi un passeport diplomatique qu’il leur a effectivement présenté. L’homme a déclaré avoir voulu appeler sa femme pour qu’elle vienne à son aide pour réparer une panne de sa voiture.

Le perturbateur a donc été relâché grâce à l’immunité que lui procure son statut, rapporte le journal. Néanmoins, le parquet se réserve le droit de demander la levée de son immunité. Ce qui implique qu’il pourrait toujours être exposé à une poursuite judiciaire.

Lire aussi | Le FMI loue la très forte réaction politique du Maroc face à la sécheresse et la guerre en Ukraine

“Le passeport diplomatique assure une protection juridique mais celle-ci peut-être levée par l’Etat titulaire. J’attends de lire la procédure”, explique Lionel Pascal, procureur du Jura.

 
Article précédent

Régime général de la CNSS. Les prestations augmentent à 25,3 milliards de DH en 2022

Article suivant

Pluies, neige et risque d’orages la nuit dans certaines régions, ce jeudi 26 janvier